Règlement de Jass en français + Alm.

Règlement de Jass en français + Alm.

Artikel-Nr.: 14.279 F
Lager: Lager
CHF 16.50

Staffelpreise

Ab 2 Règlement F & D CHF 15.80





Beschreibung

Reglement de Jass en francais

Jassreglement in französisch !
Ce livret traite des différentes sortes de jass, des instructions techniques, ainsi que de l’histoire du jass

édition 11.1 A
, édité par la Fedération suisse
des cafetiers, restaurateurs et par Gastro Suisse.
petit livre, combi, en francais et + en allemand 
Nombre de pages: 40 + 40 =
80 pages.
édition remaniée en langue française
Geheftet, ISBN: 978-3-905834-05-5
Büchlein / petit livre, Grösse 18.9 cm x 12.4  cm

Le jass est très populaire en Suisse où il est considéré comme le jeu de cartes national. Il émane des
cartes de jass comme un parfum magique de convivialité, instillé peut-être par les innombrables heures
de jeu au cours desquelles la tradition s'est forgée. Une partie de jass évoque toujours de bons moments
de partage et de bonne humeur, que ce soit au restaurant du Lion d'Or, du Cerf ou de l'Ours, bien au chaud
à la maison quand il tombe des cordes dehors, ou encore dans le train. Rien de tel que ce jeu très divertissant
pour chasser le stress et l'ennui. Et il fait aussi travailler la matière grise. Avoir de bonnes cartes ne suffit pas
toujours pour gagner la partie, il faut aussi de la concentration et de l'exercice. Autre qualité requise:
un sens aigu de l'observation doublé d'une attention portée à la gestuelle de ses partenaires et de ses adversaires.

Le jass est un apprentissage de la complexité, et savoir lire dans le jeu des autres joueurs est un atout majeur.
Le jeu est répandu jusque dans les vallées les plus reculées et il est pratiqué dans ses différentes variantes par
tout un chacun de 7 à 107 ans.... 

Reglement de jass Suisse

Le jass (prononcé yass) également appelé chibre (dérivé du mot allemand Schieber qui désigne une forme particulier
du “Jass” en Suisse allemande) dans certaines parties de Suisse romande, est un jeu de cartes pratiqué en Suisse,
au Liechtenstein, dans le Vorarlberg autrichien, le sud de l’Allemagne et l’Alsace.

Proche de la belote (dont il est l’ancêtre1), il se joue avec un jeu de trente-six cartes traditionnelles, de l’as au six, et
peut se pratiquer avec les cartes françaises, allemandes ou autrichiennes chacune avec leurs enseignes spécifiques.
Traditionnellement, les cartes françaises sont utilisées en Suisse romande et en Suisse alémanique à l’ouest de la
Ligne Brunig-Napf-Reuss, les cartes allemandes à l’est.

En Suisse et dans le Vorarlberg autrichien, il est très populaire. On le qualifie volontiers de sport national : des tournois
sont régulièrement organisés. Pourtant, le premier règlement du jeu parut après 1900, publié par un cafetier fribourgeois,
du nom de Jean-Nicolas Ramstein.

Variantes

Il y a de nombreuses variantes du jeu :

le chibre (pique simple ou double) : jeu à quatre joueurs formant deux équipes de deux joueurs.
le 8 de Martinique: Se joue comme le chibre, à la seule différence que le 8 d’atout (dit “de Martinique”) est plus fort que l
e Bourg, uniquement s’il est joué dans la plie après que ce dernier ait été joué. Dans toutes les autres plies, le 8 n’est pas
considéré “de Martinique” et est joué normalement.
le oben-abe : jouée principalement en Suisse allemande mais peu connue des Suisses romands. Les règles du jeu sont
similaires au jass classique mais il n’y a pas d’atout. Pour compenser le fait qu’il n’y a pas de buur ni de nell, les 8 valent
tous 8 points, afin que le total habituel de 157 points soit toujours valable.
le unden-ufe : tout comme pour le Oben-abe il n’y a pas d’atout et les 8 valent tous 8 points, afin que le total habituel de
157 points soit toujours valable. Le Unden-ufe se joue comme le Oben-abe mais les plus petites cartes sont plus fortes
que les grandes. Ainsi, les 6 seront imbattables. De plus, les annonces sont aussi inversées : trois cartes à 8 battent trois
cartes à l’as. D’un commun accord entre les joueurs, les 6 peuvent parfois valoir 11 points et les as 0 points.
l’estimation, la différence, ou le Jass coinché

le zig-zag,
le Bandoure (de l’allemand Pandur),
le brouc,
le roi ou la mise,
la pomme, connue aussi sous le nom de poutz (masculin) ou de poutze (féminin).
le tutti : variante principalement jouée dans le Haut-Valais.
la misère, dont le but est de réaliser le moins de points possibles.
le Sidi

On trouve également des variantes allant de 2 à 6 joueurs.

le quoifaire, ou coiffeur (jeu réunissant : les atouts, le oben-abe, le unte-ufe, le zig-zag, le 3×3, la misère et une dixième
catégorie à choix).

Une variante particulière, le Jass coinché s’inspire de la Belote bridgée et ajoute la notion de contrat déterminé selon une
séquence d’enchère où chaque équipe mise à son tour un nombre de points qu’elle pense réaliser avec l’atout qu’elle annonce.

La variante la plus complète au Jass – le Sidi – consiste à permettre à chacune des deux équipes de deux de choisir la meilleure
option en fonction des cartes reçues et de réduire ainsi la part du hasard : atout, oben-abe (de haut en bas), unden-ufe (de bas en haut),
zig-zag ou misère. Le tour commence par les enchères. Chaque joueuse mise ses points possibles en annonçant l’option qui lui convient
et le nombre de points: on commence par 50 et la joueuse suivante doit surenchérir par dix ou plusieurs dizaines. Si elle ne souhaite pas
enchérir, elle dit “je passe”. Les enchères peuvent monter jusqu’à 150, 157, 257 (match). Généralement, elles s’arrêtent avant, sur la
dernière joueuse si tous les autres ont dit “je passe”. Celle-ci tente ensuite de faire les points misés avec l’option annoncée.
A la fin du tour, chaque équipe engrange ses points. Les points de la mise annoncée reviennent à l’équipe qui a réussi à l’atteindre.
A défaut, les points de la mise vont à l’équipe adverse. Si une enchère semble fantaisiste, l’équipe adverse peut la contrer : le tour se joue
alors et les points de la mise contrée comptent double.

Vocabulaire

Il existe de légères différences de vocabulaire selon les régions. En Suisse, il est pratiqué dans toutes les régions linguistiques,
aussi bien dans la partie francophone que germanophone ou italophone. Mais une bonne partie du jargon technique du jeu a sa
source dans le dialecte suisse allemand.

La plie, terme régional de Suisse romande, est l’équivalent du pli ou de la levée. Dans la suite de l’article, on emploiera le terme pli, plus courant.

Règles

But du jeu

Répartis en deux équipes de deux, les joueurs sont placés de manière alternée ; l’équipe gagnante est l’équipe arrivant la première
à 1 000, 1 500 ou 2 000 points selon les variantes. On dit de la première équipe qui atteint ce nombre de points qu’elle sort.
Les points sont attribués par des annonces ou par les points des cartes des plis obtenus. Dès qu’un pli est retourné, ses points sont acquis.

Valeur des cartes

Dans chaque couleur, les cartes sont ordonnées de la manière suivante (de la plus faible à la plus forte) :
le six, le sept, le huit, le neuf, le dix, le valet, la dame, le roi et l’as.

Dans un pli, les six, sept, huit et neuf valent 0 point (sauf si le neuf est atout), le dix 10 points, le valet 2 points, la dame 3 points,
le roi 4 points et l’as 11 points.

La couleur désignée « atout » au début d’une donne possède des valeurs particulières. Classées de la plus faible à la plus forte,
l’ordonnancement est le suivant : le six, le sept, le huit, le dix, la dame, le roi, l’as, le neuf (le nell) et enfin le valet le bauer,
(buur en dialecte, prononcé bour) – le paysan). Leur valeur en nombre de points est la suivante : les six, sept et huit ne valent rien,
le nell 14 points, le dix 10 points, le buur 20 points, la dame 3 points, le roi 4 points et l’as 11 points. Le total de points d’une donne
est de 157 points (sont inclus les 5 points donnés à l’équipe qui ramasse le dernier pli, dits « cinq de der »).

Annonces

Les annonces, sauf pour le stöck, sont faites par chaque joueur lorsqu’il pose sa première carte d’une donne et avant que le joueur
suivant ait posé la sienne. Seule l’équipe qui fait l’annonce la plus élevée marque l’ensemble de ses annonces. L’autre équipe ne
marque rien. Le stöck (prononcé “schteukr”) est soumis à une règle particulière.

Les annonces possibles sont les suivantes :

trois cartes consécutives de la même couleur, on annonce Trois cartes ! et la valeur est 20 points ;
quatre cartes consécutives de la même couleur, on annonce Cinquante ! et la valeur est 50 points ;
quatre cartes identiques seulement du dix à l’as (soit 4 dix, 4 dames, 4 rois et 4 as) on annonce Cent ! et la valeur est 100 points ;
cinq cartes consécutives, ou plus, de la même couleur, on annonce Cent ! et la valeur est 100 points ;
les quatre neuf, on annonce Cent cinquante ! et la valeur est de 150 points ;
les quatre valets, on annonce Deux cents ! et la valeur est de 200 points ;
le roi et la dame d’atout, on annonce stöck ! (prononcer « chteukr ») au moment où l’on pose la seconde des deux cartes, et la valeur
est de 20 points. Le stöck est marqué même si une équipe adverse avait une annonce plus élevée.

Un joueur peut avoir plusieurs annonces. Une carte ne peut pas être utilisée pour plusieurs annonces (par exemple : on ne peut pas
annoncer un « Cent » avec quatre dames et un « Trois cartes » partant de l’as, il faut choisir l’annonce qui rapporte le plus de points).
Exception : les cartes du stöck peuvent intervenir dans d’autres annonces.

En cas d’égalité entre les annonces, c’est l’annonce avec le plus de cartes qui prime, suivie de celle avec la plus haute carte
(le buur et le nell d’atout comptant comme une autre couleur, et correspond donc à un valet ou un neuf normaux), suivie de celle en atout.
En cas d’égalité, l’équipe du joueur ayant annoncé l’annonce la plus haute en premier note ses annonces.

L’équipe qui emporte les annonces doit, selon les régions, montrer les cartes des annonces à l’ensemble des joueurs.
Dans d’autres régions, l’équipe qui emporte les annonces doit montrer les cartes des annonces à l’ensemble des joueurs seulement si
un membre de l’équipe adverse le demande (un joueur de la même équipe ne peut pas faire cette demande).


Le stöck

Lorsqu’un joueur possède le roi et la dame d’atout, on dit qu’il a le stöck. Il s’agit d’une annonce particulière :

Le stöck vaut 20 points ;
Le stöck est annoncé et noté lorsque les deux cartes sont découvertes :
soit lorsqu’il fait partie d’une annonce de l’équipe marquant les annonces
(il est alors courant d’annoncer mit — abréviation de mit stöck = avec stöck — avec l’annonce,
par exemple : « trois cartes mit ! »),
soit lorsque la deuxième carte est posée, avant que le pli soit retourné.

Règles du chibre

Le match

Lorsqu’une équipe a remporté tous les plis à la fin du jeu, on dit qu’elle a fait match et obtient 100 points
(=257 points gagnés et 514 points gagnés si pique double) supplémentaires.

Dans le cas où le match est réalisé par l’équipe n’ayant pas choisis l’atout, on parle ironiquement de “match à rebours”.

Déroulement d’une partie

Distribution des cartes

Le donneur bat les cartes, et fait couper le paquet au joueur situé immédiatement sur sa gauche ; celui-ci sépare le paquet
en deux tas de trois cartes au minimum, le tas provenant de la partie supérieure doit être placé près du donneur.
Le donneur pose alors le paquet provenant du dessous sur le second paquet. La coupe n’est cependant pas obligatoire et
le coupeur peut pas frapper le tas de cartes pour indiquer qu’il renonce à couper. Il donne alors les cartes dans le sens inverse
des aiguilles d’une montre trois par trois ou quatre par quatre, en commençant par la personne située sur sa droite.

Choix de l’atout

Lors de la première donne, c’est le joueur ayant le sept de carreau qui peut choisir l’atout. Pour les autres donnes, c’est le joueur
immédiatement à droite du donneur qui a ce privilège. La personne qui fait atout peut passer ce droit à son partenaire, à condition
que celui-ci n’ait pas déjà fait de même. Il annonce chibre à son partenaire qui choisit alors l’atout. Si un joueur fait atout sans avoir
reçu ce privilège de son partenaire, on dit qu’il fait atout en premier, sinon on dit qu’il fait atout en second.
Si on joue la variante “Pique double” et que l’atout choisi est pique, les points de la partie compteront doubles, annonces comprises.

Certaines variantes n’autorisent pas le “chibre” (le fait de transférer la responsabilité de l’atout à son partenaire) lors de la première
donne. Ceci afin de diminuer l’avantage que possède l’équipe qui commence à choisir l’atout.

Premier pli

Quel que soit le joueur ayant fait atout, c’est, lors de la première donne, le joueur ayant le sept de carreau qui pose la carte de son
choix sur le tapis. Dans les donnes suivantes, c’est la personne immédiatement à droite du donneur qui joue en premier.
D’une personne qui joue en premier dans un pli on dit qu’elle a la main.

Déroulement d’un pli

Le joueur qui a la main joue une première carte, à sa convenance. Le joueur à sa droite pose alors une carte, et ainsi de suite jusqu’à
ce que chaque joueur ait posé une carte. Il y a cependant un certain nombre de restrictions aux cartes qui peuvent être posées.

Un joueur doit poser une carte de la même couleur que celle du joueur qui à la main. S’il n’a pas de carte de la même
couleur — on dit qu’il ne peut pas suivre. Il peut donc poser une carte quelconque. Qu’il puisse ou non suivre, il peut
également couper, c’est-à-dire poser une carte atout.
Un joueur peut couper, c’est-à-dire poser une carte de la couleur atout alors que le joueur qui avait la main était parti
d’une autre couleur. Néanmoins, si un joueur a déjà coupé, il n’est pas autorisé de sous-couper, c’est-à-dire poser un
atout de valeur inférieure à celui ayant été précédemment posé, sauf s’il ne dispose plus d’autres cartes.
Un joueur qui possède le buur, ou valet d’atout, n’est pas obligé de le jouer, même si la couleur de base du pli est celle
d’atout et que c’est la seule carte de cette couleur qui reste dans sa main. Dans le cas où le buur n’est pas joué dans un
pli d’atout, on dit communément que la personne qui l’a en mains “chinde” le buur.

Fin d’un pli

Le joueur qui a posé soit l’atout le plus élevé, soit, si aucun atout ne fait partie du pli, la carte la plus élevée de la couleur posée
par le joueur qui a la main, gagne le pli pour son équipe. Il le ramasse ; les points qui le constituent sont attribués immédiatement
à l’équipe (ils sont néanmoins, pour des raisons pratiques, notés à la fin de la donne). Le joueur ayant remporté le pli prend la
main et pose la première carte du pli suivant.

Fin d’un tour

Lorsque les joueurs n’ont plus de cartes, le tour s’achève. L’équipe remportant le dernier pli obtient 5 points supplémentaires
(Cinq de der). Le joueur situé à droite du donneur actuel, devient le nouveau donneur pour le tour suivant.

Fin de partie

La partie s’achève dès qu’une équipe atteint 1 000 points (1 500 dans le cas où les joueurs ont choisi de doubler les points
marqués lorsque l’atout est pique. On parle alors de partie en pique-double), même en cours de route. On dit de l’équipe qui
a atteint les 1 000 ou 1 500 points qu’elle est sortie. Si un joueur annonce erronément que son équipe a atteint ou dépassé
les 1 000 points, l’équipe adverse remporte la partie.

Lorsque la fin est “serrée”, il existe deux manières de départager les deux équipes. Cependant la première demeure bien plus courante :

“premier sorti” : lors de la (potentielle) dernière manche, on suit le décompte de points jusqu’à ce qu’une des équipes passe la barre
des 1 000 points. Le stöck compte en premier. Les annonces comptent en second.
Les points de chaque pli comptent lorsque le pli est pris[2].
“Plus grand écart” : on joue intégralement la dernière donne, et l’équipe dont le score est le plus élevé une fois les points décomptés
remporte la partie.

Une équipe qui n’a pas fait la moitié des points lorsque ses adversaires sortent est qualifiée de rubicon. Dépasser cette moitié des points
est qualifiée de franchir le Rubicon.

Usuellement, si une des deux équipes est « rubicon », elle devra payer la tournée.

Notation des points

A la fin de chaque tour, chaque équipe note ses points sur une ardoise (ou un papier). La manière de noter les points est spécifique au jass.
L’ardoise est divisée en deux dans le sens de la largeur, une moitié pour chaque équipe.

Les points sont notés sur trois lignes:

La ligne du haut est composée de coches valant chacune 100 points;
La ligne du milieu est composée de croix, une demie croix (barre oblique) vaut 50 points et une croix entière vaut 100 points;
La ligne du bas est composée de coches valant chacune 20 points;
Les unités sont notées de manière numérique à droite, par addition ou par soustraction.

Ainsi une équipe qui réalise 98 points peut choisir entre plusieurs manières de noter, par exemple :

Une coche sur la ligne des 100, et -2 écrit à droite, ou
Une demie croix sur la ligne des 50, deux coches sur la ligne des 20 et 8 écrit à droite, ou encore
Quatre coches sur la ligne des 20 et 18 écrit à droite

A noter que les points des annonces sont le plus souvent inscrits immédiatement et non pas à la fin du tour.

Durant la partie, les joueurs additionnent généralement les unités au fur et à mesure de manière à n’avoir qu’un seul nombre écrit.
Si la place manque, il est autorisé d’effacer des coches dans les lignes inférieures pour les remplacer par des coches dans la ligne
supérieure (par exemple remplacer 10 coches de la ligne des 20 par deux coches sur la ligne des 100).
Matchs aux cartes

Les matches aux cartes (tournois de jass) se jouent par équipes de deux. Ils suivent le plus souvent des règles quelque peu modifiées:

En lieu et place d’un nombre de points à atteindre, chaque partie se joue en un nombre fixe de tours (le plus souvent 16).
Ceci permet notamment de faciliter l’organisation du tournoi, dans la mesure où toutes les parties auront plus ou moins la même durée.
Les joueurs ne choisissent pas l’atout, celui-ci est imposé dans un ordre prédéfini, par exemple successivement 4 tours pour chaque couleur.
Le match ne donne pas droit à 100 points supplémentaires et il n’y a aucune annonce. Ainsi, chaque tour vaut exactement 157 points.
Le classement est déterminé sur la base du total de points réalisés durant le tournoi par chaque équipe, indépendamment du nombre de
victoires et de défaites.